repères

Pour consulter les repères historiques de plus près, cliquez sur l’image.

Mardi 28 juin 2016, l’Assemblée Nationale a adopté, dans le cadre de la loi « égalité et citoyenneté », un amendement rendant obligatoire le service civique pour les 18 à 25 ans. Ce Service Civique Obligatoire n’a plus grand chose à voir avec le service civique Volontaire tel qu’il est présent aujourd’hui.

Ce nouveau Service Civique se déroulera sur une période de 9 mois en deux temps.

  • premier temps : de juillet à octobre, les jeunes intégreront une « classe républicaine » dans laquelle ils apprendront les fondements de notre République, ses symboles, les droits universels ainsi que l’étendue de son service public. Cette classe permettra également un rattrapage en alphabétisation (comme ce qui est prévu aujourd’hui si un problème est détecté lors de la Journée Défense et Citoyenneté).
  • deuxième temps : réservé aux 19/25 ans, ces 6 mois devraient être mis à profit par les jeunes pour effectuer des missions (5 à 10) d’intérêt général, confiées et choisies par le Parlement.

Si l’idée semble plutôt positive et avenante, nous à la FABRIQUE, on trouve ça dangereux.

Voici une partie de nos raisons :

  • cette « classe républicaine » est aujourd’hui dispensée par les cours d’enseignement moral civique, souvent trop peu mis en avant dans les établissements scolaires. Et c’est bien dommage! Nous pensons qu’il n’est pas nécessaire de ne faire qu’étudier la République Française pendant plusieurs mois puisqu’il faudrait avant tout renforcer ces dispositifs au sein de nos écoles. Cette classe donne tout simplement une image néfaste de classe de propagande républicaine. Elle pourra être davantage interprétée comme une volonté de museler la parole pour imposer un mode de pensée là où les jeunes (comme tous les Français) veulent au contraire du débat, du discours, être écouté et surtout entendu.
  • à la FABRIQUE, on a des services civiques VOLONTAIRES. Nous avons proposé un thème et ils ont voulu s’engager à nos côtés, en parallèle de leurs études. Ils sont pris car ils sont volontaires, qu’ils ont un projet à proposer qui correspond à un idéal et à un ENGAGEMENT. C’est donc bien ce terme qui est le plus important. En étant obligatoire et avec des missions imposées, les Services Civiques ne seront que des soldats et c’est un retour à une forme de service militaire, supprimé car inégalitaire. Pourquoi cette version obligatoire serait plus égalitaire?
  • Avoir des jeunes en service civique, c’est une organisation, qui nécessite une préparation, une formation, un cadre d’accueil. Toutes les organisations n’obtiennent pas l’agrément pour avoir des services civiques et heureusement! L’idée est que l’association y gagne autant que le jeune qui décide de se rendre volontaire, c’est un échange. Mais alors, comment s’organiser avec des milliers de jeunes sans envie, sans projet, qui débarquent dans une association ou au sein d’une collectivité simplement parce qu’on les a obligés à être là? L’engagement ne se force pas, il peut se développer durant les mois de volontariat, mais encore faut-il que la personne sache qu’elle est là pour quelque chose qui la touche, qui l’intéresse. Personne ne se donne à fond dans une tâche qui ne fait pas vibrer, à fortiori dans le milieu associatif. Et ce n’est pas un Service Civique Obligatoire qui va changer ça.11227646_557128501121222_7756204978764131528_n
  • Que faire des jeunes qui ne se motivent pas durant leurs missions? Qui ne viennent pas, qui sont insultants, démotivés, provocateurs (et il y en aura forcément dans un service qui est obligatoire)? Aujourd’hui, le Service Civique est soumis à validation à la fin de la période de volontariat. Cela signifie-t-il que les jeunes qui n’auront pas été motivés se verront refuser la validation? Cela entraînera sans le dire un grade supplémentaire (officieux) de diplôme, et au lieu d’aider les jeunes en difficulté sociale, c’est prendre le (trop gros) risque de les enfoncer un peu plus dans l’exclusion au lieu de valoriser les personnes qui décident de réaliser un Service Civique Volontaire. Ne pas être impliqué dans une tâche obligatoire et imposée ne veut pas dire qu’on est démissionnaire ou irrespectueux, mais simplement que nos aspirations sont différentes. Et c’est tant mieux! La diversité est une force. A la FABRIQUE on n’imagine pas un seul instant travailler avec des gens qui ne sont pas motivés par ce qu’ils font. Nous ne sommes pas des éducateurs, simplement une association qui veut donner la chance à ceux qui le souhaitent de s’engager et de concrétiser des projets. Et c’est le cas des organismes agrémentés à recevoir des Services Civiques.
  • C’est un problème qui existe déjà pour certains jeunes en Service Civique : l’engagement dans une cause éloignée de chez soi entraîne des frais supplémentaires (logement, déplacements, etc) que les 470€/mois d’indemnités (+ 100€ pour les déplacements et la nourriture, +106€ pour les boursiers) ne suffisent pas toujours à couvrir, notamment dans les grandes villes. Ce qui est donc mis en avant comme une chance de rencontre entre les classes sociales, d’échange entre les origines et d’ouverture sur l’autre n’est en fait pas aussi fréquent qu’on l’aurait voulu. Le service civique est un engagement et non un travail. Pourtant, lorsqu’il s’agit de missions obligatoires, nous ne pouvons désormais pas parler de volontariat et d’engagement. Il s’agirait donc de travail dissimulé, payé moins de 5€/h pour un contrat de 24h/semaine. Peu cher et contraignant! De là à dire qu’il s’agit d’un mirage pour faire baisser la courbe du chômage des jeunes et d’un deuxième CPE, il n’y a qu’un pas.

Pour nous soutenir, SIGNEZ cette pétition en ligne

Les Volontaires de la FABRIQUE et de nos partenaires témoignent.

Issam Hardipouet, ancien service civique à la FABRIQUE, étudiant à Evry et désormais membre du Conseil d’Administration de l’association : « Je ne suis pas d’accord pour l’obligation [du Service Civique] car ça doit venir d’une initiative personnelle »

Yvan Obam, étudiant à Evry et Service Civique à CoExist : « étant moi-même en Service Civique, si ça devait être obligatoire, ça perdrait tout son sens »

Sébastien Hasnaouis, étudiant à Paris 1 et Service Civique à la FABRIQUE : « l’engagement associatif perd tout son sens s’il devient obligatoire et n’est plus qu’un moyen de faire baisser le chômage des jeunes. C’est un an de césure qui ne dit pas son nom. Un an de retard sur l’entrée dans les études, et donc dans la vie active. Quand on voit l’âge moyen du premier job, et l’âge de la retraite [qui s’éloigne…]. Si t’as pas envie de faire ton service civique, à moins d’une belle surprise, ça te braque et tu n’aides ni l’association, ni personne… »

 Le mot de la présidence.

Charline Sabourin, étudiante à Lyon 2, présidente de l’association : « Il y a, en définitive, un gros risque de stigmatisation, puisque les plus réticents seront ceux qui se sentent déjà rejetés par la société française, et qui ont besoin d’être accompagnés et suivis, mais pas infantilisés. L’Etat va simplement prouver qu’il est déséquilibré dans l’aide qu’il apporte aux jeunes et le cristallisera. Les risques de récupération politique et de messages de haine, d’intolérance, qu’apportent ce Service Civique Obligatoire sont d’autres problèmes majeurs que nous ne pouvons ignorer.« 

De la même façon que le 49-3 est une aberration démocratique, le Service Civique Obligatoire renforce l’idée d’un état tout puissant en face duquel la prise en compte des jeunes comme force vive est amoindrie, et nous regrettons profondément cette position.

Oui il faut faire des choses pour les jeunes, Oui il existe un réel problème de sentiment d’appartenance par les français à la communauté nationale, mais les obliger à écouter et à agir pour des missions qu’ils ne soutiennent pas est elle la meilleure solution? Nous pensons au contraire que cela va aggraver la situation, renforcer le rejet et rendreFimpossible le dialogue. C’est pourquoi la FABRIQUE est fermement opposée à l’amendement concernant le Service Civique obligatoire et demande son retrait immédiat de la loi Egalité et Citoyenneté, qui comporte par ailleurs de nombreuses avancées positives pour l’intégration des jeunes.

 

Vous voulez nous soutenir? Cliquez et signez cette pétition en ligne, déjà co-signée de nombreuses associations et organisations (Solidaires Étudiant-e-s, syndicats de lutte, ASSO, Action des Salarié.e.s du Secteur assOciatif, Syndicats Etudiant-e-s et Lycéen-ne-s CGT du douaisis et du valenciennois, Ensemble, Parti de Gauche, Alternative Libertaire, FIDL, Génération Précaire).

Sources :

repères historiques (site officiel du gouvernement)

explications des différents temps du futur Service Civique Obligatoire (le Figaro Etudiant)

Réflexion au Sénat

article presse (Métronews)

explication simple